Déchets Ménagers et Assimilés : l’Ordif présente ses derniers chiffres

Logo OrdifDepuis plus de vingt ans, l’ORDIF suit le fonctionnement du service public francilien de gestion des déchets ménagers. Pour ce faire, l’observatoire réalise tous les ans une enquête auprès des 220 collectivités franciliennes ayant une compétence collecte et/ou ayant la maîtrise d’ouvrage de déchèteries publiques. 

Baisse des déchets des Franciliens : 472 kg/hab. produits dans la Région Ile-de-France

Le mardi 11 mars 2014, l’Observatoire Régional des Déchets d’Ile-de-France présente les derniers chiffres de la gestion des déchets ménagers et assimilés en Ile-de-France.
En 2012, les 11,9 millions d’habitants (Données INSEE / au 1er janvier 2013) de la Région Ile-de-France ont produit 5.62 millions de tonnes de déchets ménagers et assimilés, soit 70 000 tonnes de moins par rapport à 2011. Ramenés à l’habitant, les tonnages collectés s’élèvent à 472 kg par habitant soit une baisse de 8 kg par rapport à 2011 (480 kg en 2011).
Entre les années 2000 et 2012, les quantités collectées ont baissé de 34 kg par habitant, passant de 506 kg/an /hab à 472 kg/an/hab.
Dans le cadre de l’enquête annuelle réalisée par l’ORDIF auprès des collectivités franciliennes, avec le soutien de l’ADEME et du Conseil régional d’Ile-de-France, l’observatoire étudie l’organisation institutionnelle, les ordures ménagères et assimilés (OMA), les déchets occasionnels (DO) et réalise un bilan complet sur les déchets ménagers et assimilés.

Une baisse 2011/2012 homogène dans la Région et sur tous flux

La diminution des tonnages collectés concerne tous les flux de déchets mais l’évolution la plus importante est sur les ordures ménagères résiduelles où le ratio est passé de 309 kg/hab en 2011 à 303 kg en 2012. Le ratio ordures ménagères résiduelles en zone centrale (Paris Petite Couronne) reste plus élevé que dans la grande couronne : 321 kg/hab contre 280 kg/hab. Les apports en déchèteries ont aussi enregistré une baisse mais de moindre mesure (-1 kg/hab en moyenne en Ile-de-France) indiquant que les collectivités ont renforcé les conditions d’accès à ces installations après la progression des apports observée en 2011.
Depuis 2009, des collectivités franciliennes se sont engagées dans des programmes locaux de prévention, accompagnées par l’ADEME et le Conseil régional d’Ile-de-France. Dans le cadre de ces programmes les collectivités mettent en place des actions pour réduire les quantités de déchets produites. Ainsi, début 2013, on pouvait recenser 65 collectivités franciliennes engagées dans un Programme Local de Prévention des déchets, qui représentent environ 76% de la population francilienne. Il est encore tôt pour évaluer l’impact de ces programmes en Ile-de-France, mais on constate que 80% des collectivités engagées dans un PLP depuis 2009 ont enregistré une baisse de leur ratio de collecte des OMA contre 70% en moyenne sur l’ensemble de la région.

Destination de traitement des déchets des Franciliens

Le traitement de des déchets ménagers et assimilés en 2012 :

  • 60% des DMA sont orientés en incinération ;
  • 15% sont orientées en centres de tri/repreneurs directs pour bénéficier d’une valorisation matière
  • 13% sont orientés en enfouissement ;
  • 7% des DMA sont orientés en compostage.
  • 5% correspondent à des déchets de construction et de démolition qui bénéficient d’un traitement spécifique;
  • 0.6% sont orientés en méthanisation.

Repères et éléments méthodologiques

Les déchets collectés sous la responsabilité des collectivités sont appelés « déchets ménagers » (provenant des ménages) et « assimilés » (provenant des activités économiques mais collectés avec les déchets des ménages).
Les déchets ménagers et assimilés sont composés :

 

  • des Ordures Ménagers et Assimilés (OMA) qui désignent l’ensemble des déchets produits quotidiennement par les ménages : ordures ménagères résiduelles (OMR), emballages, papiers graphiques, verre et biodéchets. Cela comprend également les déchets des professionnels qui sont collectés en mélange avec les déchets des ménages. On parle alors de déchets « assimilés » aux déchets ménagers.
  • des déchets occasionnels qui désignent l’ensemble des déchets produits de façon ponctuelle par les ménages : déchets verts issus de l’entretien des jardins, déchets dangereux des ménages, Déchets d’Equipements Electriques ou Electroniques (DEEE ou D3E), encombrants, déchets de construction et de démolition, etc.

 

Depuis sa création en 1992, l’ORDIF a vocation à suivre le fonctionnement du service public francilien de gestion des déchets. Pour ce faire, l’observatoire réalise tous les ans une enquête auprès des collectivités franciliennes ayant une compétence collecte et/ou ayant la maitrise d’ouvrage de déchèteries.
Cette enquête permet d’actualiser les connaissances relatives à la gestion des Déchets Ménagers et Assimilés (DMA) et participe à l’évaluation des performances franciliennes au regard des objectifs réglementaires régionaux (PREDMA, PREDD, PREDAS), nationaux (Grenelle de l’Environnement) et européens. Lors de sa matinée technique du 11 mars 2014, l’ORDIF présente les derniers chiffres de la gestion des déchets ménagers et assimilés en Ile-de-France.

L’Observatoire Régional des Déchets d’Ile-de-France – ORDIF

Association créée en 1992 par l’État et la Région Ile-de-France, l’ORDIF regroupe aujourd’hui 80 acteurs ou groupements d’acteurs franciliens du secteur des déchets représentant l’Etat et ses organismes déconcentrés, la Région Ile-de-France et ses organismes associés, les Conseils Généraux, les groupements intercommunaux ayant une compétence dans la gestion des déchets, les professionnels et acteurs de la gestion des déchets, les chambres consulaires et les associations.

Source : http://www.ordif.com

Derniers chiffres DMA des franciliens

Retrouver l’Ordif sur twitter

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *